Un timbre : Mercure
Ce qui peut arriver à un timbre au cours de son histoire.

Accueil > Usages particuliers > Fiscal et/ou Postal

Fiscal et/ou Postal

Publié le vendredi 17 juillet 2015 , mis à jour le jeudi 7 avril 2016

Même si en fin de compte, l’argent fini dans les caisses de l’État, les timbres fiscaux et les timbres postaux ont des usages distincts. Il arrive pourtant quelques cas ou l’on peu les rencontrer côte à côte.

Les colis d’Alsace Lorraine

A la fin du 19ème sicle, l’Allemagne et la France, ont adoptées deux solutions différentes pour le transport des colis. En Allemagne c’est la poste qui en assurait le transport et en France les compagnies de chenin de fer.

Cette différence a été conservée après 1918 et l’Alsace Lorraine a bénéficier d’un régime spécial.
Le transport de colis était assujetti à une taxe fiscale et si dans le reste de la France elle était incluse dans les timbres pour colis postaux, en Alsace Lorraine elle était matérialisée par des timbres fiscaux (un timbre fiscal spécial a même été émis en 1924). On peut donc rencontrer sur le bulletin d’expédition un timbre fiscal à côté des timbres postaux.
A partir de 1927 les timbres postaux d’une valeur faciale supérieure à 3Fdevaient être perforés pour éviter un éventuel réemploi.


Colis de 3kg expédié de Mulhouse le 9 mars 1940 pour Vasselonne entièrement pris en charge par la poste. Le timbre Céres à 3F a été perforé. Au dos cachet de Vasselonne du 11 mars. Le port complet du paquet au tarif du 1er avril 1939 est de 5 francs taxe fiscale comprise.

 



Colis de 1,4Kg expédié de Feisten à un militaire au secteur postal 145. L’acheminement par Belfort est matérialisé par une étiquette rose. L’affranchissement pour un colis jusqu’à 3Kg au taris du 1er avril 1939 est de 7,20 francs le droit de timbre de 1,10 étant compris. Oblitération par un timbre à date de recette auxiliaire rurale du 15 mai 1940.

 

Usage fiscal erroné

Un timbre poste ne doit pas être utilisé comme fiscal.
Pourtant nécessité faisant, il est possible de rencontrer des Mercures sur des quittances de loyer.



Les timbres sont annulés par la signature du Bailleur.

 

Usage Postal erroné

Le cas contraire peut se rencontrer, mais le timbre fiscal étant beaucoup moins courant que le postal, il doit falloir des circonstances réellement exceptionnelles pour le rencontrer sur une carte réponse d’une compagnie d’assurance.
Au tarif du 5 janvier 1942, l’affranchissement aurait dû être de 1.20F, tarif de la carte postale et non de 1,50F celui de la lettre.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL