Un timbre : Mercure
Ce qui peut arriver à un timbre au cours de son histoire.

Accueil > Création et fabrication > L’histoire de la série

L’histoire de la série

Publié le vendredi 2 août 2013 , mis à jour le samedi 4 novembre 2017

A la suite du changement de tarif du 12 juillet 1937, il est décidé de renouveler les vignettes. Le type Paix de Laurens qui n’avait pas soulevé l’enthousiasme à sa sortie n’était plus à l’ordre du jour pour 1938.
Les petites valeurs devaient utiliser des types typographies et les fortes valeurs des timbres en taille douce.

La première idée est de se rabattre sur des valeurs sures.
En premier lieu la Cérès de 1849 remise au gout du jour par un graveur anonyme de l’atelier reprendra du service.
Puis la semeuse de 1903 reprise par le graveur Georges Hourriez dont l’orientation du mot POSTE "à la chinoise" avait beaucoup fait parle d’elle (on peut la voir ici). A la suite d’une campagne de presse contre ce projet, il fallut trouver autre chose.

Pour remplacer les semeuses, on avait le graveur, il, fallait trouver le sujet. La mythologie en fournira deux. Deux messagers des Dieux Mercure et Iris.

JPEG - 32.7 ko
Document original "l’Adresse" Musée de la Poste à Paris

Les émissions comporteraient donc des timbres :
- Mercure pour les petites valeurs
- Iris pour la partie basse des moyennes valeurs
- Cérès pour la partie haute des moyennes valeurs
- des timbres en taille douce pour les fortes valeurs

Le type Mercure ayant rencontré un certain succès public, les petites valeurs seront tirées vers le haut.

La mise en route sera un peu chaotique avec les changements de tarif successifs 12 juillet 1937, 17 novembre 1938 et 1er décembre 1939. Sans compter les retouches ponctuelles intermédiaires.
La série complète en accord avec les tarifs en vigueur sera effective en 1940.

Cette lettre philatélique fabriquée pour la foire de Paris en mai 1939 comprend tous les timbres émis à cette date.

La défaite française en 1940 et l’occupation d’une partie du territoire va conduire à remplacer la légende République par un Postes Françaises des plus sibyllins. les valeurs courantes devant s’effacer au profit de nouvelles vignettes à l’effigie du Maréchal Pétain dessinés par Prost, Lemagny et Piel.

Le type Prost fut jugé tellement déficient par le Maréchal que le Mercure dut reprendre du service en urgence pour un 50 centimes à la légende République puis pour les petites valeurs avec la légende Postes.

A la suite de la libération de la France , la République étant rétablie, ceci devait être visible sur ses timbres et les mercures seront surchargés RF.


Cette lettre du 22 janvier 1945 est bien au tarif du 5 janvier 1942, soit 1,50 franc. Le timbre portant la grande surcharge de Lyon est en effet démonétisé depuis le 1er novembre 1944.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL