Un timbre : Mercure
Ce qui peut arriver à un timbre au cours de son histoire.

Accueil > Le cours de l’Histoire > Les surcharges de Dunkerque-Coudekerque

Les surcharges de Dunkerque-Coudekerque

Publié le dimanche 10 janvier 2016

Le 10 mai 1940, l’armée Allemande envahie la Belgique et les Pays Bas. Les troupes Franco-Britanniques interviennent en Belgique.
Passant par les Ardennes les Panzer divisions contournent les troupes alliées par le sud et atteignent la mer le 20 mai à Abbeville.
Du 27 mai au 4 juin, l’Opération Dynamo permet l’embarquement vers l’Angleterre des troupes bloquées à Dunkerque. En neuf jours, 338 226 combattants (dont 123 095 Français) ont pu être évacués. La Wehrmacht a capturé quelques 35 000 soldats, principalement Français.

Fin juin le receveur le Coudekerque Branche négocie avec un officier Allemand (certainement philatéliste) la reprise de la circulation du courrier dans le secteur de Dunkerque à compter du premier juillet.
Les lettres devront être revêtues d’un cachet spécial « besetztes Gebiet Nordfrankreich » (Zone d’occupation nord de la France) fourni par l’officier.
En fait deux griffes ont été fournies. Quasi identiques à l’origine, celle de Dunkerque sera rapidement détériorée avec des coins supérieurs arrondis. Ces griffes existent toujours au Musée de la Poste.
Cette histoire a été racontée dans le magasine Timbroscopie numéro 158 de juin 1998.

PDF - 19.5 Mo

 
La surcharge de Dunkerque comporte généralement les coins supérieurs arrondis :

La surcharge a été apposée sur des timbres détachés pour couvrir la valeur d’affranchissement (principalement une paire de 50 centimes pour couvrir le port de la lettre simple à 1franc) ou directement sur le pli déposé dans la boite (la surcharge se trouvant à cheval sur les timbres et l’enveloppe).
Compte tenu de l’activité des bureaux et de l’activité des philatélistes et des receveurs, on trouvera plus de lettres de complaisances à Dunkerque et plus de timbres à Coudekerque.

A noter que durant quelques jours par manque de timbres surchargés, des lettres de Cassel ont été revêtues d’une mention manuscrite.

Cette situation prendra fin le 10 août avec la reprise de la circulation du courrier en zone occupée.

 

Le tarif de la lettre simple est de 1 franc. On peut donc rencontrer toutes les combinaisons possibles pour atteindre ce montant. Quasiment tous les Mercures ont été mis à contribution.
Les plus courant sont deux cinquante centimes bleu.

Ou quatre vingt cinq centimes vert.

 

Moins courant vu sur le blog de BG l’une des deux cartes postales connues ayant régulièrement circulé avec deux quarante centimes violet.

 

Ici, un tarif facture n’utilise qu’un seul soixante dix centimes lilas.

 

Cette carte de visite avec une seul timbre de quarante centimes surchargé de Coudekerque, mais postée à Dunkerque a été vue dans la 534ème vente Roumet.

 

Les lettres de Dunkerque peuvent se rencontrer dans de nombreux catalogues de ventes. La plus part sont de complaisances. En voici quelques exemples (je vous laisse chercher l’exception [1]) :

JPEG JPEG JPEG JPEG

 

Pour ce qui est des paires neuves, elles proviennent principalement de Coudekerque et sont elles aussi « courantes » dans les ventes :

JPEG JPEG JPEG

 

Notes

[1La paire de 50c du premier tableau est surchargée de Coudekerque et oblitérée de Cassel

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL