Accueil » Usages particuliers » L’utilisation du demi-timbre

L’utilisation du demi-timbre

En temps normal, il est interdit d’utiliser un timbre partiel pour affranchir son courrier.

Et pourtant de temps en temps, on peut rencontrer un morceau de timbre sur un pli.

Au cours du temps, j’ai croisé quatre cas :

  • un usage postal
  • un usage philatélique
  • une utilisation de fortune
  • un usage non postal

Usage postal

Ce cas se rencontre quand un timbre défectueux est collé sur une lettre. Il est parfois difficile de savoir quand s’est produit le défaut avant ou après le collage. dans tous les cas il doit exister avant l’oblitération.

Sur ce premier exemple de carte postale au tarif du 1er mai 1945, le troisième timbre de la bande présente un arrachement partiel. La surcharge RF de ces timbres est aussi légèrement déplacée vers le bas.

Nettement plus visible est le cas de cet imprimé au tarif du 5 janvier 1942. Ici il manque franchement un morceau de timbre.

Usage philatélique

Il s’agit ici à partir d’une variété de fabriquer une jolie pièce philatélique.

Cette lettre recommandée au tarif du 5 janvier 1942 a réellement circulé. l’affranchissement comporte la taxe simple à 1,50 F matérialisée par le Pétain et la recommandation de 3 F qui utilise une bande composée de 3 timbres et six demi-timbres.

Une lettre sœur est visible sur ce post variété de piquage sur 549

Utilisation de fortune

L’utilisation du demi-timbre est justifiée par des circonstances exceptionnelles administratives ou du fait de la guerre. Dans les deux cas on peut soupçonner  une complaisance du postier.

La loi du 21 octobre 1940 met en place la règle du décime dans la comptabilité publique. La conséquence en est la disparition progressive des timbres à 1, 2 et 5 centimes des bureaux de poste. Ainsi en 1941, on rencontre des cécogrammes  (correspondances pour aveugles) avec des affranchissements à 5 ou 10 centimes au lieu des 2 requis.

Au 5 janvier 1942, le tarif du journal routé en rayon limitrophe est de 15 centimes avec un 5c introuvable. notre utilisateur Girondin a donc utilisé des demi-timbres.

 

Autre cas dû cette fois à la guerre. Lors de l’avance allemande de 1940, le bureau de poste de Provins se trouve désorganisé. Heureusement M. André Suarnet, éditeur entre autre du  journal  “La France philatélique”  leur vient en aide.
Il est ainsi possible de rencontrer diverses surcharges de Provins notamment sur des demi-timbres.

 

cale50.png

 

Bien sûr, il n’a pas résisté à la tentation de s’envoyer quelques plis.
On retrouvera A. Suarnet à la libération avec les surcharges de Provins.

 

Un usage non postal

Le groupe des travailleurs étrangers GTE 405 a été dissous le 21 novembre 1942. Une partie des travailleurs ont été mutés au GTE 651. Les autres, principalement inaptes au travail, ont été mutés au Centre Social de Beaulieu sur Dordogne (Corrèze). Dès 1943, le directeur du groupement juge nécessaire d’«authentifier» les correspondances.

Courant 1944 il traite ses doubles administratifs par apposition d’un demi-timbre oblitéré de Tudeils (Recette auxiliaire Rurale de la circonscription de Meyssac) avec la complicité du receveur.

Le Club philatélique et cartophile argentacois a réalisé une étude sur le sujet.